Accueil

Le plagiat à l’ère du numérique est un sujet d’actualité. Il touche tous les ordres d’enseignement tant au Québec, que dans le reste du Canada ou à l’étranger.

Les étudiantes et les étudiants sont en général actifs sur le Web (facebook, twitter, blogue, etc.). Ils ont des téléphones intelligents et sont habitués à naviguer pour des fins personnelles… Mais, pas pour faire de la recherche documentaire en posant un jugement critique sur la pertinence et la fiabilité de ce qu’ils y trouvent! Ils se retrouvent souvent démunis face à l’abondance de sources de données, en particulier s’ils ne sont pas entraînés à en questionner la validité.

Ils ignorent fréquemment comment citer correctement leurs sources, en particulier celles qui proviennent du Web. Par exemple, rarement, penseront-ils à mentionner la source d’une image, d’un tableau ou d’un graphique pris sur le Web. Et qu’en est-il des données audio ou vidéo?

Nombreux sont ceux qui ont l’impression que ce qui est sur le Web est à tout le monde. Des comportements fréquents comme le téléchargement illégal de musique, de films ou de séries télévisées banalisent la tricherie. Ils ne se rendent pas compte que c’est illégal, ou alors, ils ont l’impression que puisque tout le monde le fait, c’est correct ou, du moins, ça n’est pas très grave…

Les quelques textes ci-dessous vous donneront une meilleure idée du contexte contribuant au plagiat électronique.

« Copiez, collez! 50% des étudiants ont déjà plagié. Assez, c’est assez, mais que faire?», par Clairandrée Cauchy dans Le Devoir – Libre de penser, (11 avril 2009)

« Des milliers de tricheurs dans les universités », par Denis-Martin CHABOT dans Ici Radio-Canada.ca, (26 février 2014)

« Le piège Internet », par Christian Rioux dans Le Devoir – Libre de penser, (30 mars 2012)

« Le plagiat électronique : un sujet toujours d’actualité? », par Nicole Perreault dans Profweb – Ressources numériques et pratiques pédagogiques inspirantes, (6 mai 2013)

« Tout le monde le fait Je plagie, tu copies, il traduit, nous trichons…», par Clairandrée Cauchy dans Le Devoir – Libre de penser, (11 avril 2009)

« Travaux clés en main pour étudiants pressés, paresseux ou cancres! », par Clairandrée Cauchy dans Le Devoir – Libre de penser, (11 avril 2009)